« Le lion qui dort »

« Le lion qui dort »

Mis à jour: 08.10.2019 / print / pdf
 « Le lion qui dort »

photographie : M. Mickielewicz / Mairie de Gliwice

Dane adresowe
skwer Valenciennes
44-100
Gliwice
Dane kontaktowe

 « Le lion qui dort », créé par Gliwickie Zakłady Urządzeń Technicznych SA (l’entreprise d'équipements techniques) en 2007 constitue la copie de la sculpture coulée pour Bytom dans la fonderie de Hermann Gladenbeck à Berlin en 1873 selon le projet de Theodor Kalide. Dans les années 20 du XIXe siècle la sculpture « Le Lion qui dort » devint le symbole du soldat mort au champ de batailles et l’expression de l’hommage pour son héroïsme et son dévouement. Elle fut commandée par les villes de toute l’Allemagne qui voulaient commémorer les héros. Les lions étaient placés tant à Berlin, à Dortmund qu’à Gliwice, à Bytom et à Legnica. La sculpture « Le Lion qui dort » de Gliwice fut dévoilée en 1849 au cimetière des soldats morts dans les lazarets de Gliwice lors des guerres napoléoniennes. À cette époque le cimetière se trouvait à l’actuelle rue Na Piasku.

Theodor Erdmann Kalide

L’un des plus grands sculpteurs de la Haute Silésie, lié à la Fonderie de Fer Royale de Gliwice. Il est également l’auteur des sculptures des lions, monuments caractéristiques pour Gliwice. Il naquit en 1801 à Chorzów, partit à Berlin où au début il étudia à l’Académie des arts et ensuite mena l’activité artistique. À partir des moules qu’il créait on coulait les sculptures qui se trouvent aujourd’hui dans plusieurs villes de Pologne et d’Europe. Gliwice, à part « Le Lion qui veille » (rue Dolnych Wałów, devant la Willa Caro) et « Le Lion qui dort » (square Valenciennes, près de la Mairie) lui doit également « Le Garçon avec le cygne » (square Dessau). C’est aussi l’auteur de la statue de Frédéric le Grand à Wroclaw et de la statue de Frédéric Schiller à Berlin. Il mourut en 1863 à Gliwice où il passa les dernières années de sa vie. Il est enterré au Cimetière Hutniczy à Gliwice.

Kategorie wizytówki: 

--aucun--